Mes favoris du mois de décembre 2021

Illustration by Oleg Shcherba from Ouch!

Nouveau mois, nouvelle fournée de favoris culturels ! Et oui maintenant le calendrier n’inclut plus le mois de novembre.
À découvrir, une incursion dans l’univers journalistique et les plus belles fleurs du monde de l’art.

The French Dispatch

Je vais vous apprendre une chose inoubliable sur moi : je suis une fan inconditionnelle de Wes Anderson. Je l’aime d’amour. Son univers, ses costumes, ses décors, la musique qu’il utilise, les actrices et acteurs, j’aime TOUT. Alors je peux vous dire que j’attendais avec impatience son nouveau film.

Et je n’ai pas été déçue. Au contraire. Le réalisateur s’est complètement dépassé avec ce film. On y retrouve sa poésie, son goût pour le passé et le vintage, les maquettes,…

La seule et unique frustration que j’ai eu vis-à-vis de ce film vient de ces mêmes décors : la plupart sont extrêmement détaillés, fouillés et remplis de pépites et on ne les voit parfois que quelques secondes à l’écran ! D’où l’intérêt (parfois) de le revoir sur un ordinateur pour faire pause et admirer le fabuleux travail.

The French Dispatch est pour moi l’une des plus grandes œuvres de Wes Anderson où il cumule toute sa force créatrice et son écriture foisonnante.

Killing Eve

Vous connaissez la grande, talentueuse, incroyable Phoebe Waller-Bridge ? J’espère bien que oui. Sinon, je vous enjoins de ce pas à aller découvrir son travail (Fleabag, addictive) et Killing Eve.

Elle n’a écrit que la première saison mais la deuxième est également brillante (écrite par Emerald Fennell, interprète de Camilla dans The Crown et réalisatrice de Promising Young Woman).
Jodie Comer (je suis amoureuse <3) est Villanelle, une assassine recrutée par une agence et traquée par Eve Polastri (Sandra Oh, merveilleuse).

Un délicieux (et assez vicieux je dois dire) jeu de chasse s’installe alors entre les deux femmes, fascinées l’une par l’autre.

Entre thriller, histoire d’amour et drame, Killing Eve dévoile petit à petit les facettes de son univers avec grâce et subtilité. Les deux actrices ont une alchimie foudroyante, le jeu de toutes les actrices et acteurs est sans fioritures (notons la présence très appréciable de Fiona Shaw, alias Petunia Dursley, très très grande actrice) !

Georgia O’Keefe

Une expo sur cette grande artiste vient de se terminer au Centre Pompidou. J’aurais beaucoup aimé la voir, mais bon déjà je n’habite pas à Paris.

En attendant, je me délecte de ses œuvres sur internet.
Georgia O’Keefe est une artiste peintre américaine qui a exercé des années 20 aux années 70. Elle était et reste très connue pour ses fleurs peintes en gros plan, colorées de pastels et très vivantes.

Jimson Weed -Grey Line with Black, Blue and Yellow – Bella Donna – Light of Iris par Georgia O’Keefe

Ce sont avant tout ces couleurs qui m’attirent dans ses tableaux. Elles sont pleines de vies, douces et lumineuses. Les formes de ses fleurs me rappellent le corps humain, voluptueux, bosselé et rempli de tendresse.

Si vous ne me connaissez pas (ce qui est fort probable), je suis rédactrice freelance spécialisée dans les contenus culturels, touristiques et écoresponsables. Vous pouvez me contacter pour vos projets !

%d blogueurs aiment cette page :